Réservez
85€ par personne
Event passé
Informations
Contactez-nous
+377 98 06 41 59

Monte-Carlo Jazz Festival

Gregory Porter

Grégory Porter

Le 13 novembre 2018, l'Opéra Garnier Monte-Carlo accueillera Robin McKelle en 1ère partie de Gregory Porter, pour la soirée d'ouverture du Monte-Carlo Jazz Festival 2018 ! 

Informations
  • Date: 13 novembre 2018
  • Salle de concert: Opéra Garnier Monte-Carlo
  • 1ère partie: Robin McKelle
  • Type de concert: Assis-numéroté
  • Ouverture des portes : 20h00
  • Début du concert : 20h30
  • Dress code : Tenue correcte exigée
  • Age minimum : 7 ans
  • Mail: ticketoffice@sbm.mc

L’amour de Gregory Porter pour la musique de Nat King Cole remonte à sa plus tendre enfance. « Ma mère avait l’habitude de raconter qu’un jour, quand j’avais cinq ans, je lui avais fait écouter une chanson que j’avais écrite et enregistrée sur une cassette, se souvient le chanteur. En l’entendant elle s’était exclamée : « Mais c’est que tu chantes comme Nat King Cole ! ».

 

Le compliment incite Gregory à se plonger dans la musique du jazzman... Jusqu’à en faire un véritable père de substitution !  Bien avant d’avoir remporté le succès planétaire que finiraient par lui valoir sa magnifique voix de baryton, ses compositions poignantes et ses incroyables prestations scéniques, Gregory Porter avait mis en scène sa relation avec Nat King Cole en écrivant « Nat King Cole & Me », une comédie musicale en grande partie autobiographique, représentée pour la première fois en 2004. C'est ce spectacle qu'il reprend aujourd'hui sur scène et sur disque. 

 

Avec l’aide du célèbre arrangeur Vince Mendoza et d’un groupe composé du pianiste Christian Sands, du bassiste Reuben Rogers et du batteur Ulysses Owens, Gregory Porter revisite sur son nouvel album certaines des plus célèbres chansons de Nat King Cole telles que « Smile », « L-O-V-E », « Nature Boy » ou « The Christmas Song ».

 

Interprétés par le London Studio Orchestra, les splendides arrangements de Vince Mendoza mettent on ne peut mieux en valeur la voix ensorcelante de Gregory Porter et donnent au disque une ampleur à couper le souffle. Sur scène l'impact en est encore plus fort...

 

Première partie: Robin Mckelle

Le projet Melodic Canvas est né peu de temps après une tournée de Robin McKelle en Europe dans un contexte jazz. « J’ai été sollicité par le pianiste Danilo Perez pour être la voix d’un groupe où figuraient aussi Ben Street, Avishai Cohen et Chris Potter.

 

C’était inattendu, je n’avais plus chanté dans cet environnement depuis longtemps. J’ai retrouvé le plaisir du risque, de l’improvisation. Ces musiciens vous poussent à repousser vos limites » se souvient la chanteuse dont la carrière prend avec ce 7e album un nouveau tournant. « Je suis sortie de cette expérience avec plein d’idées, l’impression de ne pas avoir exploité tout mon potentiel » confie-t-elle.Après plusieurs disques teintés de soul et de blues, Robin McKelle a donc choisi de revenir à une esthétique acoustique, plutôt minimaliste, avec le plus souvent pour accompagnement un piano, une guitare, des percussions, et pas de batterie.

 

Saluée pour ses qualités de performer et sa voix de contralto puissante et expressive, on la (re) découvre dans une session plus personnelle, sensible et nuancée, mais toujours soulful. Son retour au jazz s’opère sans délaisser ce groove qui la caractérise : les thèmes mettent en valeur la chanteuse dont on découvre de nouvelles facettes. Une sensibilité au service de la mélodie et une musicalité qui lui permettent d’interagir avec ses partenaires, comme une instrumentiste.