Principauté de Monaco
Trendy
Rencontre avec

Rencontre avec Frédéric Genta et Georges Gambarini. Monaco : objectif smart city !

Publié le Novembre 23, 2023Mis à jour le Novembre 24, 2023

À l’aide de son programme Extended Monaco et de nombreuses innovations numériques, le gouvernement de Monaco booste ses services publics. Big data, aide digitale à la décision, numérisation des services… Les outils ne manquent pas pour faire de la Cité-État un exemple de smart-city à échelle humaine. Frédéric Genta, délégué Interministériel à l’Attractivité et à la Transition Numérique, et Georges Gambarini, responsable du programme Smart City à la Délégation Interministérielle chargée de la Transition Numérique, nous en détaillent les tenants et aboutissants. 

Quelles sont les grandes étapes de la transformation de Monaco en smart city ? 

Frédéric Genta : En mars 2018, la Principauté de Monaco disposait de peu de services numériques gouvernementaux pour la mobilité, la vie administrative, la santé ou encore l’éducation, avec des infrastructures numériques anciennes. Avec le lancement du programme Extended Monaco en avril 2019 par S.A.S. le Prince Albert II, le gouvernement princier a réussi le pari d’insuffler une dynamique numérique au pays. Chaque année, de nombreux projets sont réalisés : ils apportent des bénéfices tangibles pour l’économie monégasque et la vie quotidienne des Monégasques, résidents et travailleurs, sans pour autant enlever les services de proximité si chers à la population.  

Monaco, une smart city en pleine expansion

En l’espace de cinq ans, tous les domaines ont été impactés :  

- des infrastructures numériques performantes, sécurisées et souveraines ont vu le jour : un cloud souverain, une première en Europe, une identité numérique régalienne pour l’ensemble des Monégasques et résidents, un réseau 5G qui couvre tout le territoire et la fibre pour les particuliers et les professionnels, avec le plus haut débit mondial ; 

- un guichet unique qui permet d’effectuer l’ensemble de ses démarches administratives en ligne a été mis en place ; 

- des applications mobiles qui repensent la mobilité et l’expérience des usagers en ville ont été conçues ; 

- un programme d’innovation pédagogique pour l’ensemble du cycle scolaire s’est matérialisé, ce qui contribue à moderniser les pratiques d’apprentissage tout en formant la jeune génération à la maîtrise des outils et des enjeux du numérique ; 

- un plan de relance et d’investissement a permis à plus de 500 entreprises locales de mener des projets de transformation numérique. 

Sur quels enjeux se développe la transformation numérique actuelle de la Principauté et de la ville de Monaco ? 

Georges Gambarini : Le numérique est aujourd’hui un levier de transformation globale de notre pays et de l’action publique, avec une mission ambitieuse : améliorer et simplifier le quotidien des habitants de la Principauté, des travailleurs et de toutes les personnes de passage, pour une meilleure expérience en ville.  

Nous voulons une Principauté plus connectée, plus sécurisée, mais aussi plus inclusive, avec des technologies et des services numériques qui permettent à la population un accès facilité aux ressources de la ville et à leurs préoccupations du quotidien :  agenda des événements, horaires et tickets des transports en commun, informations chantiers et voirie, etc. 

Enfin, le numérique est également un pilier essentiel des grandes décisions gouvernementales et des politiques publiques actuelles pour faire face aux enjeux majeurs : l’utilisation des mobilités douces, la transmission d’informations d’urgence ou d’intérêt comme les informations routières en temps réel, l’achat de tickets de transports, etc. 

Monaco, une smart city en pleine expansion

Frédéric Genta : L’enjeu majeur aujourd’hui, c’est l’inclusion. C’est évident pour les seniors, mais c’est aussi un enjeu pour les populations les plus jeunes, car la maîtrise du numérique ne se résume pas à l’usage des réseaux sociaux. Sans un accès maîtrisé, un individu risque de s’informer moins, de renoncer à certains de ses droits, et donc d’être exclu. Notre objectif c’est de faire en sorte que tout le monde soit intégré à la dynamique d’apprentissage exigée par l’évolution rapide des technologies. À Monaco, nous refusons le passage en force, c’est la raison pour laquelle nous laissons le choix à la population de continuer à effectuer leurs démarches en papier, avec des agents toujours disponibles aux guichets de l'administration. Nous avons pleinement conscience que le contact humain est indispensable. Le numérique doit être vécu comme une opportunité.   

Avec l’aide de l’ensemble des départements de l’État, nous avons mis en place des mesures à tous les niveaux pour accompagner la population : dès le plus jeune âge avec de la programmation informatique à l’école, jusqu’à la formation des dirigeants et salariés grâce à notre programme Extended Monaco pour l’Entreprise. Et depuis cet été, nous avons ouvert en partenariat avec Monaco Telecom et la Mairie de Monaco une Maison du numérique, un lieu ouvert 6 jours sur 7 au grand public pour accueillir toutes les personnes qui souhaitent s’informer, échanger et se former au numérique au travers d’ateliers et de conférences thématiques. L’ensemble de la population peut ainsi tirer le meilleur du numérique.   

Quelles sont les prochaines grandes mesures en matière de transition numérique et de smart-city à Monaco actuellement à l'étude, en projet ? 

Georges Gambarini : Grâce à des infrastructures numériques performantes mises en place depuis cinq ans, nous pouvons aujourd’hui envisager une industrialisation progressive de l’aide à la décision dans le cadre de la gestion de la ville. L’enjeu des villes intelligentes dans les prochaines années réside dans la capacité à maîtriser la donnée utile à la gouvernance urbaine. À Monaco encore plus qu’ailleurs, la complexité du contexte urbain fera de la donnée le moteur d’une gouvernance urbaine encore plus intelligente et agile

Il faut considérer la ville comme un organisme vivant en perpétuel mouvement. Dès lors, gérer la santé de la ville nécessite d’en prendre le pouls en temps réel pour nourrir des schémas décisionnels. 

C’est dans cette optique que le gouvernement déploie des réseaux de capteurs (air et pollen, qualité de l’air, flux routier, flux piétons, ambiance sonore, etc.) qui permettent de constituer le socle de données qui sera réinjecté dans des outils d’aide à la décision. Ces outils puissants impacteront tous les champs de la gestion de la ville : mobilité, sécurité, planification urbaine, etc. Le vrai changement de paradigme résidera dans la capacité à utiliser ces données et ces outils au quotidien dans une logique dynamique et opérationnelle.  

Pour en savoir plus sur les Smart Cities aux quatre coins du monde, découvrez notre top 15 des smart cities et autres « villes intelligentes ».
Vous aimeriez aussi lire…