Savouring tastes
Rencontre avec

Khalid El-Hajraoui, premier barman au Bar Américain

Créer, goûter, recevoir, savoir et transmettre : quand on est premier barman de ce lieu mythique qu’est le Bar Américain, il faut trouver le bon dosage. Khalid El-Hajraoui nous livre ici les ingrédients de sa réussite, depuis presque 20 ans. Le cocktail d’un grand professionnel, « made in Bar Américain ».

Bar Américain Hotel de Paris Monte-Carlo Monaco

Votre petit secret pour éveiller les émotions des clients, grâce à un cocktail ?

Khalid El-Hajraoui : L’originalité et la qualité du cocktail. Tous les détails comptent : la présentation, la manière de le servir, la verrerie… Par exemple nous ne servons pas les champagne cocktails dans des coupes mais dans des verres à vin évasés. Les clients sont surpris, et ravis. Quant aux recettes, nous revisitons les classiques. Pour le mojito par exemple, un rhum plus travaillé que le Bacardi, un citron pressé minute, une menthe sauvage de qualité supérieure… Entre juin et septembre nous reprenons le bellini avec une savoureuse pêche blanche et du prosecco. Nous changeons régulièrement les ingrédients avec des fruits de saison frais et locaux.  

Votre plus beau souvenir ?

K.E-H : En été 2015 au moment du Monte-Carlo Summer Festival, Brian Newman, le band leader de Lady Gaga, m’a appelé pour savoir s’ils pouvaient improviser un concert au bar le lendemain, après leur show au Sporting Monte-Carlo. Ils sont arrivés habillés comme s’ils sortaient d’un film des années 1960. C’était merveilleux, d’une classe folle. La nouvelle s’était propagée quelques heures auparavant sur Twitter : quand Lady Gaga est arrivée, c’était la folie. Ils ont joué jusqu’à 2 heures du matin. J’ai vécu de folles soirées ici, mais celle-ci était unique.

« C’est ça, la magie du Bar Américain : il vous prend et il vous shake, comme un cocktail. »

Un cocktail qui a fait sensation ?

K.E-H : Il y a quelques années, nous avions créé le « bloody lobster ». C’était une version du bloody mary, mais avec un jus de homard et une sauce anglaise préparée avec le Chef. Nous avions aussi lancé un cocktail baptisé le « Monte-Carlo », avec un sorbet créé à base de vodka et de citron de Menton, et dressé avec des fruits rouges pour reprendre les couleurs du drapeau monégasque.

Qu’est-ce qui fait la magie du Bar Américain ?

K.E-H : Ce sont toutes les histoires qui s’y sont déroulées. Par exemple, la table 34 a beaucoup de mémoire, beaucoup de souvenirs pour les clients comme pour le staff. À l’époque, on aimait bien s’y asseoir, et regarder, tout simplement. C’était la table de Frank Sinatra et de Sammy Davis Junior. Pour moi, c’est le plus bel endroit du bar. Pendant le Grand Prix, vous y êtes comme dans une bulle : la table est à l’intérieur, et vous voyez l’effervescence au dehors, tout en écoutant la musique. Ce qui est magique aussi, c’est qu’à chaque heure de la journée, l’atmosphère est complètement différente.

Khalid El Hajraoui premier barman du Bar Americain Hotel de Paris Monte-Carlo Monaco
 
Ses 3 cocktails préférés
 
1- Le bellini, « avec la pêche blanche. J'aime les champagnes cocktails ! »
 
2- Le fragolino, « un cocktail création élaboré avec le raisin à framboise, qui ne pousse que dans la région. »
 
3- Le Tennessee martini, « il a été baptisé ainsi par un de nos clients et il est toujours à la carte cette saison. »
Cocktail Bar Americain Hotel de Paris Monte-Carlo Monaco
Vous aimeriez aussi lire…