Régine-Jimmyz
Dossier special
Monte-Carlo Legends

Régine, une vie d’artiste libre et indépendante

La fête, le spectacle, les affaires, la chanson, le cinéma, la télévision, etc : rien de tout cela n’avait de secret pour Régina Zylberberg, dite Régine. Cette artiste étincelante et prolifique, née en 1929 à Anderlecht en Belgique, nous a quittés le dimanche 1er mai 2022. Découvrez son histoire !

Arrivée très jeune à Paris, Régine, qui travaillait dans le café de son père, développe sans relâche son sens de la fête et ses talents artistiques en fondant et en animant pas moins de vingt-cinq discothèques à travers le monde, et le succès est au rendez-vous ! Dans cette dynamique, celle que l’on appelait la « reine de la nuit » fait un triomphe sur la scène du Sporting d’été de Monaco le 30 juillet 1970 en tant que meneuse de revue. Un an plus tard, en juillet 1971, cette incroyable hôtesse haute en couleur et au franc-parler légendaire ouvre sa boîte de nuit monégasque, le Jimmy’z, au Sporting d’été, bientôt suivie du Jimmy’z d’hiver au Café de Paris en juin 1973. Personnalité brillante et festive, la « Grande Zoa », du nom de l’une de ses plus célèbres chansons, a fait vibrer la Principauté en faisant du Jimmy’z un lieu incontournable et iconique du monde de la nuit.

« Un peu d’amour, Papier velours ! Et d’esthétique, Papier musique ! » 
Régine-Jimmyz

Durant quinze ans, Régine a ainsi attiré les plus grands noms de la jet-set à Monaco, de Mick Jagger à Rudolf Noureev en passant par Johnny Hallyday, Jean-Paul Belmondo, Sylvie Vartan, Massimo Gargia, Farrah Fawcett, Claude François et tant d’autres, venus faire la fête chez cette talentueuse touche-à-tout. À partir du mois d’avril 1986, Régine cesse ses activités au Jimmy’z et mène des actions de promotion pour le compte de la SBM pendant cinq ans. Elle revient toutefois régulièrement au Jimmy’z, notamment en 2010 pour célébrer non seulement les quarante ans de ce lieu mythique mais aussi… ses quatre-vingt ans ! 

Régine-Jimmyz
Vous aimeriez aussi lire…